Certaines maladies bénignes, des douleurs légères ou troubles gastriques peuvent se soigner aujourd’hui sans assistance médicale. En effet, grâce à l’automédication, les patients peuvent se procurer certains médicaments sans présenter forcément une ordonnance. Même si cette pratique est très adulée, il convient de voir de plus près ses tenants et aboutissants.

L’automédication : qu’est-ce que c’est ?

Le but de l’automédication est de permettre aux patients de se soigner sans avoir recours à l’intervention d’un médecin. Dans le principe, la pratique autorise l’achat de certains médicaments sans ordonnance. Bien évidemment, l’acquisition se fait sous l’œil vigilant du pharmacien et dans le respect de certaines conditions spécifiques.

Les médicaments en question sont soit ceux déjà prescrits pour un précédent traitement ou ceux autorisés pour la guérison de certaines maladies jugées bénignes. Il peut s’agir du rhume, de la fièvre, des maux de gorge, d’un reflux gastro-œsophagien occasionnel, etc. Partant de là, vous n’avez plus besoin de chercher à répondre à la question qu’est-ce que l’automédication ?

Il faut par contre s’intéresser aux avantages de cette forme de traitement.

L’automédication : pourquoi y avoir recours ?

Le recours à l’automédication s’explique aujourd’hui à bien des égards. D’abord, il convient de préciser que son succès provient de la multiplication des espaces de vente en libre-service dans les officines de pharmacie. Cela dit, cette pratique est très adulée des patients cherchant des remèdes ponctuels et efficaces à certaines maladies bénignes.

La liste est bien longue et l’essentiel à savoir à ce propos est disponible sur ce site. Dans le même temps, l’automédication s’utilise aussi par les personnes qui ont du mal à avoir accès à un médecin à cause de leur zone de résidence. Elle peut également être employée pour des symptômes déjà apparus dans le cas d’un précédent traitement.

L’automédication : quelles limites ?

Comme toute forme de traitement, l’automédication a bel et bien quelques limites. Déjà, la pratique n’intègre pas de diagnostic médical. Cela pourrait amener à une mauvaise interprétation des symptômes de la part du patient. Il s’agit de l’une des raisons pour lesquelles l’Assurance Maladie ne prend pas en charge les médicaments achetés sans ordonnance.

À cet inconvénient s’ajoutent les erreurs de posologie et le mélange de plusieurs médicaments inadaptés susceptibles d’aggraver l’état du malade. Par ailleurs, les patients qui pratiquent l’automédication n’ont généralement pas une idée claire sur les effets secondaires et comment les maitriser.

L’automédication : quels conseils prendre en compte pour la réussir ?

Une automédication réussie est celle qui requiert l’assistance d’un pharmacien. Il convient en effet de respecter non seulement les conseils de ce dernier, mais aussi de suivre scrupuleusement les exigences des notices. Mieux encore, les conditions de prise des médicaments doivent être appliquées à la lettre.

Par ailleurs, avant d’entamer son automédication, il est capital de prendre connaissance des effets secondaires et des contre indictions des médicaments. Aussi, lorsque les symptômes persistent, il faut immédiatement consulter un médecin. L’autre précaution à prendre est de veiller à vérifier la date limite d’utilisation des produits.