La France est l’un des rares endroits au monde où les arts martiaux mixtes restent illégaux. Cependant, le soutien politique croissant de la MMA pourrait signifier que des changements sont en cours.

La ministre française des Sports, Roxana Mărăcineanu, a récemment annoncé son intention de réglementer le MMA. La pratique de la discipline existe depuis des années dans le pays, mais la loi obligeait les athlètes français à concourir ailleurs.

Selon IMMAF.org, «En 2015, un examen parlementaire de la MMA, mené par Jacques Grosperrin et Patrick Vignal [députés interparlementaires], a abouti à la recommandation d’autoriser et de réglementer le sport hors la loi. Cependant, la publication du rapport a été remplacée par un décret ministériel qui interdisait explicitement l’utilisation de la cage de MMA fermé. Cela a rendu le sport, qui n’était déjà pas autorisé dans la pratique par le biais de licences locales, officiellement illégal au plus haut niveau. ”

Bien que Mărăcineanu, ancienne médaillée d’argent olympique en natation, soutienne le MMA, elle comprend la perception négative du public à l’égard de la cage de MMA standard et d’autres aspects du sport. Ses revendications en matière de réglementation tiennent compte de la sécurité des athlètes, des entraîneurs non licenciés et de divers autres problèmes.

« Je suis allé de voir comment il est enseigné et j’ai appris que c’était un sport qui comprend toutes les techniques de sports de combat », a déclaré le ministre, qui a qualifié le MMA de « MMA est un sport complet ».

Son plan contient une mesure temporaire qui inclurait l’hébergement de la fédération nationale, la CFMMA (Commission française de MMA), au sein d’une fédération d’arts martiaux existante. La CFMMA fait partie de la campagne mondiale en faveur de la reconnaissance olympique du MMA.

«Je me bats pour rendre MMA légale en  France depuis plus de 10 ans maintenant . C’est la première fois qu’un ministre fait une telle déclaration », a déclaré Bertrand Amoussou, président de la CFMMA.