Outre la perte d’un être cher, les répercussions financières d’un décès risquent aussi de peser sur les proches. Heureusement, il existe des moyens d’anticiper les dépenses financières et permettre à ses proches de poursuivre leur vie malgré l’absence du défunt. De quoi s’agit-il ? En quoi cette solution est-elle si importante et comment faire pour en bénéficier ?

Zoom sur les conséquences financières d’un décès

Le décès d’une personne implique toujours des changements. Il a également des conséquences financières pouvant être anticipées grâce au capital décès. En effet, le décès conduit automatiquement au blocage des comptes du défunt. Il s’agit des comptes livrets ouverts à son nom et les livrets d’épargne réglementés. La banque s’occupera de la clôture de ces comptes dès qu’elle aurait été informée du décès. Cependant, les chèques et les paiements effectués par carte bancaire seront encore valides s’ils ont eu lieu avant le décès. Cela implique aussi l’annulation des procurations des proches. Ils ne pourront utiliser le solde du compte ou les placements que si c’est pour facturer les frais liés aux obsèques. Encore faut-il préciser que le montant autorisé pour le prélèvement est plafonné à 5000€.

Les héritiers recevront les sommes placées sur les livrets d’épargne réglementés et le livret de développement durable quand vient le moment du règlement de la succession. Une autre conséquence d’un décès est aussi la baisse des revenus du proche du défunt. Outre que les frais d’obsèques, il faudra aussi penser aux dépenses nécessaires à la vie quotidienne qui ne risquent pas de changer malgré la disparition d’un membre de la famille. C’est là la nécessité du capital décès. Mais qu’est-ce qu’un capital décès ?

Tout savoir sur le capital décès ?

Le capital décès est une indemnité accordée aux ayant-droits d’un assuré quand vient le jour où ce dernier décède. Le but de cette indemnité est de permettre aux proches du défunt de continuer à vivre dans de bonnes conditions malgré la perte de ressources que la disparition de l’assuré aurait occasionnée. Il faut préciser qu’il y a une différence entre le capital décès de la sécurité sociale et celui proposé par les mutuelles.

Capital décès – comment la Sécurité sociale couvre le risque de décès ?

La Sécurité sociale est un organisme qui assure la protection des salariés des secteurs public et privé. En fonction des revenus de chacun d’entre eux, ils vont verser une cotisation qui leur permettra de recevoir des indemnités en fonction de leurs besoins. Si les professions agricoles bénéficient de leur propre mutuelle de base obligatoire, les travailleurs indépendants peuvent désormais bénéficier des bénéficies qu’offrent le régime général de la Sécurité sociale. Si vos cotisations sont à jour, vous aurez la possibilité de toucher un capital décès. Comme mentionné plus haut, c’est l’un de vos proches, selon un ordre de transmission, qui recevra la somme en question.

Pour en bénéficier, il faut respecter quelques conditions : avoir cotisé via une activité salariée, avoir perçu une indemnité de Pôle Emploi, être titulaire d’invalidité, de rente d’accident de travail ou de maladies professionnelles. Il faut uniquement que l’accident ou la maladie professionnelle ait causé une invalidité physique de 66,66% au minimum. Il faut rappeler que la Sécurité sociale fixe le montant du capital décès. Celui-ci est réévalué chaque année, mais il ne suffit pas toujours à couvrir les conséquences financières que les proches du défunt vont subir après le décès. C’est là la nécessité d’une assurance décès complémentaire. Les bénéficiaires prioritaires du capital décès doivent se manifester un mois à compter de la date. Dans le cas contraire, le montant sera versé aux bénéficiaires non-prioritaires.

Capital décès mutuelle – c’est quoi ?

Pour les particuliers souhaitant assurer la sécurité financière de leurs proches en cas de décès, il suffit de souscrire à un capital décès proposé par sa mutuelle. Le but de la souscription est de permettre aux bénéficiaires de ce capital de compenser l’absence de revenus supplémentaires que le décès aurait occasionnés, surtout s’il a lieu avant l’âge de la retraite. La souscription à une assurance décès peut se faire le plus tôt possible afin d’étendre la durée des mensualités. Vous devez aussi tenir compte de votre état de santé global, du montant du capital que vous désirez mettre au profit des bénéficiaires ainsi que de vos revenus. Plus vos revenus généraux sont importants, plus vous pouvez choisir un contrat performant, selon le niveau de garantie que vous désirez bénéficier.

En ce qui concerne la souscription à l’assurance, des établissements bancaires et les courtiers en assurance peuvent vous fournir l’assurance que vous souhaitez bénéficier. Si vous êtes un agent de la fonction publique territoriale, vous pouvez le faire auprès d’un professionnel comme TERRITORIA mutuelle. Cette société d’assurance et de mutuelle met également à votre disposition deux principaux produits à savoir la mutuelle santé et l’assurance maintien de salaire. Vous pouvez y accéder par contrat individuel ou collectif.