Une nouvelle avancée technologique pour Microsoft. La multinationale a décidé de licencier des journalistes pour les remplacer par des robots. Désormais, la gestion des portails d’actualité de MSN ainsi que les missions liées à la rédaction dans le navigateur Edge seront des tâches confiées aux IA.

Le contenu est roi mais les IA l’emportent

Remplacer un journaliste par une intelligence artificielle, voilà une bien curieuse idée. Des robots seront-ils capables de hiérarchiser l’information aussi bien que des humains qualifiés et expérimentés ? Microsoft semble placer sa confiance en la technologie. 80 journalistes issus des équipes éditoriales américaines et britanniques viennent de se faire licencier. Les nouveaux employés seront des robots, plus précisément des algorithmes.

Microsoft affirme que cette décision n’a rien à voir avec la situation sanitaire actuelle et vise à conférer ce système dans tous ses portails, c’est-à-dire dans une cinquantaine de pays dans le monde. Les employés de Microsoft n’écrivent pas d’articles mais qu’ils gèrent des portails d’actualité, leur audience est par conséquent massive. Cette nouvelle est tout de même surprenante, étant donné que sur Internet comme on peut le lire sur digitechnologie, un site d’actualité sur les nouvelles technologies et le web, le contenu est un facteur essentiel de réussite.

Les algorithmes sont-ils qualifiés pour ces missions ?

Pour faire la lumière sur cette actu, il faut savoir que les journalistes doivent sélectionner à la main les articles de presse qu’ils souhaitent mettre en avant pour que les internautes aient un panorama sur l’actualité quotidienne, de la plus importante à la plus futile. Cette tache vise à valoriser les sources d’information les plus fiables au contenu original qui ont des tonalités familiales (suite à l’exposition des plus jeunes, Microsoft souhaitait que les contenus violents ou explicites ne s’atteignent pas facilement par les enfants).

Confier ce travail à des intelligences artificielles semble être une solution qui suit les méthodes de travail de Google, de Youtube et de Facebook. En effet, ces derniers ont déjà recours à des IA en ce qui concerne le fil d’actualité. Toutefois, le résultat n’est pas parfait. On voit parfois des sources douteuses, voire de l’intox, apparaître sur des plateformes.

Apple suit-il le mouvement ?

Apparemment, la Pomme a tenté l’expérience des algorithmes mais a changé son fusil d’épaule. En effet, fin 2018, un article sur un salon de coiffure s’était retrouvé en haut des actualités devant l’affaire Carlos Ghosn, ce qui émet un doute quant à l’efficacité des IA. Depuis, Apple a abandonné le projet des algorithmes et des éditeurs s’occupent de la gestion de son widget.