La société actuelle travaille toujours afin d’être en constante évolution. Ce qui signifie que toutes les entreprises veillent à suivre le mouvement afin de tenir tête à leurs concurrents. L’heure n’est pas à la rigolade sur le marché. Pour réussir, il ne faut pas hésiter à se munir des meilleures armes, il s’agit même d’une obligation. Parmi les différentes « armes » disponibles aujourd’hui pour maintenir votre entreprise au sommet, on a l’élaboration des rétrospective tools. Le modèle « scrum » renvoie au regroupement d’une équipe compétente pour la bonne marche d’un projet.

Cette équipe prendra des mesures appropriées pour développer des logiciels efficaces et pertinents. Ce développement ne peut se faire avant l’élaboration d’un calendrier de tâches bien précises. Il faudra également procéder au regroupement d’informations pertinentes.

Quant à l’individu responsable de la coordination des différentes équipes, on le nomme « scrum master ». Une fois que le parcours arrivera à son terme, il sera possible d’identifier et de mettre en concordance les impressions de chaque participant. C’est ainsi qu’on arrive à l’amélioration des futurs process.

En quoi consiste la rétrospective ?

Une fois que le sprint arrive à terme, la rétrospective a lieu. Il s’agit d’une réunion collégiale très souvent dirigée par le scrum master. Comme nous l’avons mentionné plus haut, cette réunion permettra à chacun de s’exprimer. On abordera les points faibles et forts du projet. Cet échange permet à de nouvelles idées d’émerger. Il y a donc de grandes chances de voir apparaître des idées innovantes, capables de distinguer l’entreprise de ses concurrents. On parlera également de l’optimisation des tâches. Ainsi, les différentes tâches à accomplir seront effectuées de la meilleure des façons.

Pour s’assurer de la bonne tenue de la réunion, le scrum master se doit de faire le nécessaire. Notamment en ce qui concerne l’ambiance qui régnera lors de la réunion. Cette dernière doit être positive. Sur le plan technique ou opérationnel, tout doit être à sa place. Il en est de même sur le plan mental ou émotionnel. Il faut veiller à ce qu’aucun soulèvement ne survienne. L’ambiance doit être saine, afin que tout le monde puisse s’exprimer librement. C’est cet état d’esprit qui permet aux idées novatrices d’émerger.

Savoir choisir les bons outils

Les rétrospective tools ne manquent pas. D’ailleurs, les outils sont si nombreux qu’on peut aisément choisir les mauvais pour notre projet. En effet, certains outils peuvent fonctionner pour un projet et pas pour un autre. Il faut donc savoir choisir les outils adaptés et faire la part des choses. Certains retrospective tools sont utiles pour collecter les données en temps réel sur l’impression collective des collaborateurs. Ce genre d’outils est très utile au scrum master, car il lui sera possible d’organiser efficacement les différentes réunions.

D’autres outils permettent à chaque collaborateur de s’exprimer librement en signalant leurs sentiments, idées ou suggestions. D’autre part, les collaborateurs peuvent faire valoir leurs idées en dehors des réunions grâce à ces outils performants.