Alors que BTK a récemment été annoncé comme le nouveau sponsor de Ligue 2, après plusieurs années dominées par Domino’s Pizza, le contexte mondial actuel a donné un coup d’arrêt à ce nouveau partenariat. C’est l’occasion de se tourner sur un secteur qui ne souffre pas de la situation : le eSport, vers lequel les sponsors sont de plus en plus nombreux à se tourner.

Le eSport est accessible à tout moment

On le voit bien avec la crise actuelle, qui laisse tous les championnats sur le carreau : le sport en ligne, c’est l’avenir ! Les joueurs ne se blessent pas (quoi qu’une tendinite au pouce soit vite arrivée), les conditions extérieures ne jouent pas sur la tenue d’un match ou d’une compétition, les passionnés sont toujours au rendez-vous… Depuis chez eux.

C’est pour cette raison que de nombreuses grandes marques, mais aussi des entreprises de taille moyenne, se lancent dans l’aventure en sponsorisant un joueur, une équipe ou une ligue professionnels de eSport : football, basketball, golf, chacun sa passion. Autre possibilité : sponsoriser un stade, mais c’est un investissement plus conséquent et réservé à de grandes compagnies telles que MasterCard (en partenariat avec les Riot Games par exemple). Red Bull, Mercedes, Coca-Cola, toutes se bousculent sur les terrains… Virtuels !

Le eSport génère des engouements sans précédent

Déjà, le eSport représente plus de 34 millions de joueurs et passionnés en France, équitablement répartis avec 53% d’hommes et 47% de femmes. Selon une étude IntoTheMinds, le marché du eSport pourrait représenter 589 millions de passionnés dans le monde, avec une majorité de moins de 30 ans (65%). Le eSport est donc un milieu où toute marque deviendrait visible et qui peut conserver une approche publicitaire neutre, ce qui est donc attrayant.

Selon Newzoo, le marché du sponsorship eSport est colossal : entre sponsoring, médias et publicités, cela représente plus de 1000 milliards de dollars dans le monde en 2019 ! La même année, les paris eSport représentent près d’1 milliard d’euros, un record comparé aux 5 milliards des paris sportifs traditionnels.

Pour les joueurs individuels, le eSport est une source de rémunération sans équivalent : certains joueurs, mineurs, ont accumulé des sommes extravagantes liées à des récompenses lors de tournois en solo ou en équipe. Par exemple, Corentin Thuillier a remporté plus de 150 000 euros sur FIFA 2019. Pour les sponsors, cette mise en visibilité immédiate est un réel plus : les joueurs interagissent avec leur communauté en portant fièrement les couleurs de la marque. C’est un autre facteur attractif.

Le eSport est tendance, et le restera

Que ce soit parce qu’elles sont en quête de rajeunissement ou qu’elles y voient des contrats juteux, les marques peuvent compter sur la pérennité du eSport, qui n’en est qu’à ses débuts. Avec Fortnite et ses concerts organisés en live avec des grands du rap américain, la voie est ouverte à de nouvelles fonctionnalités dans le secteur du eSport, avec, pourquoi pas, des rencontres virtuelles avec vos joueurs préférés en fin de match ? Comme quoi, faire du sport même en restant chez soi, c’est possible : les sponsors l’ont bien compris !