Depuis de nombreuses années, les déménagements au sein de France Télécom – Orange sont, sans exception, synonymes de dégradation des conditions de travail, car ils ont pour seuls objectifs de faire des économies sur les « charges » que représentent le personnel et d’industrialiser à outrance l’organisation du travail.

Un C.H.S.C.T. * (Paris 13e) détaille dans un document d’une trentaine de pages les raisons de son refus à un projet de déménagement en banlieue. Ce document présente l’intérêt de réagir à des conditions qui se généralisent à France Télécom – Orange, notamment le transfert dans un bâtiment neuf et le travail en open space.

Le CHSCT dénonce particulièrement :

  • L’inadaptation de l’open space au travail
  • Les mauvaises conditions acoustiques dues à l’open space et à l’usage généralisé du verre
  • Un allongement des temps de transports sous-estimé
  • Des risques sur la santé psychique des travailleurs sous-évalués et non anticipés ; le contexte général de mal-être au travail dans le groupe et les travaux d’enquête menés par Technologia n’ont pas été pris en compte.

Le CHSCT n’a pas travaillé seul. Il s’est appuyé sur une expertise confiée au Cabinet ISAST et sur une étude commandée par la Direction de France Télécom au cabinet d’expertise Technologia. Il a également bénéficié des conseils de l’Inspection du travail et de l’avis du médecin du travail.