Les bistros dans toute la France constituent un emblème incontournable. Des lois sont même entrain d’être votées afin qu’elles soient reconnues mondialement comme faisant partie du patrimoine mondial de l’humanité. La raison concerne principalement leur apparition depuis une bonne poignée d’années et leur multiplicité dans le pays. En tant que bon français, il convient donc de connaître l’histoire de ce qui pourrait se retrouver parmi les patrimoines de l’humanité. Voici la belle histoire des bistros de France.

 La belle histoire des bistrots de France

Tout a commencé au 19 ème siècle. À cette époque, les « Bistrots » ou « Bistros » pouvaient être considérés comme de simples bars à vins. Ils étaient aussi appelés « assommoirs », car la légende raconte que les buveurs y assommaient leurs problèmes à grands coups de vins et d’autres boissons traditionnelles alcoolisées. Avec l’évolution du temps et des époques, les Auvergnats apportent des modifications au concept en ajoutant de la charcuterie locale à la carte à vins, en vue de servir de complément aux nombreux vins servis sur place.

D’où viennent les bistrots de France ?

Les bistrots de France ont toujours existé en France. Si une chose a été importée, et bien ce ne peut être que le nom « bistro » dont l’origine est d’ailleurs quelques fois douteuse. L’histoire la plus ancienne à ce propos remonte aux années 1814. En ce temps là, Paris faisait objet d’occupation par les soldats russes du Tasr Alexandre premier, après le combat de Waterloo.

Les russes qui occupaient Paris aimaient boire (comme c’est l’habitude de plusieurs soldats, peu importe la nationalité). Cependant, ils n’avaient pas l’autorisation de boire en service. Si l’envie leur prenait de désobéir aux règles établies, ils devaient le faire vite dans l’espoir de passer inaperçu aux yeux de leurs supérieurs. La première expression qu’ils prononçaient en entrant dans les assommoirs était : « Bystro, Bystro ». Traduit en russe par « Vite, vite ». Et cela ne s’est pas répété qu’une seule fois, c’était quotidien.

L’idée du nom Bistro pour les assommoirs s’est mêlée à l’esprit commun, mais n’est cependant pas restée. Et cela, pendant environ 25 ans. En plus, le mot « Bistro » n’a pas une seule source, mais plusieurs. On a par exemple « bistraud » voulant désigner le petit domestique au service du marchand de vin, ou encore « bastringue » qui désigne les lieux comme les bistrots (lieu où l’on consomme du café alcoolisé). Et ce n’est que 25 ans plus tard après les événements de Paris en 1814, que le nom a été attribué.

Les bistros : de vrais centres de vie dans les villages

Les villages sont connus pour faire régner la solidarité dans leurs vécus quotidiens. Les lieux de réjouissances comme les bars, les maquis, les bistros et autres, sont de vrais centre de vie dans les villages. Ils permettent aux villageois de se retrouver tous ensemble pour partager de bons moments malgré le stress de la journée et les problèmes collectifs. Ils détendent les esprits et rendent plus productif. Pour les visiteurs de campagnes, c’est aussi un excellent lieu pour rencontrer et sympathiser avec des campagnards. Sans oublier que c’est le lieu adéquat pour découvrir les charcuteries locales de la région. Pour plus d’informations sur les bistros et cafés français, rendez vous sur https://www.1000cafes.org/groupe-sos/.